à peine un passage...

Publié le 8 Septembre 2010

J’aurais dû tuer le chat dès le jour de notre mariage.

Quand j’entends cette phrase, c’est un homme qui me la rapporte. Il est très fier de lui et rigole en me regardant du coin de l’œil. D’un sourcil interrogatif, il m’incite à lui demander de poursuivre.

Je m’exécute, m’attendant un peu au pire. Mais j’ai l’habitude. Il ne me faut pas longtemps pour comprendre où il veut en venir et que j’aurais mieux fait de laisser courir.

Il m’explique qu’ici, « Tuer le chat dès le jour du mariage », ça signifie battre sa femme. À bâton rompu. Très fort et très vite. Et ce, dès les tout premiers jours de la vie commune, histoire qu’elle comprenne le sens du mot maître et qu’une fois pour toutes, elle ne se risque pas en récriminations futiles.

Alors qu’il me raconte sa petite histoire, un large sourire barre son visage. Mon cœur se soulève. Ce soir, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. La maison est sens dessus-dessous, ça pue la clope dans toutes les pièces, ça fait quinze jours qu’on essaie en vain de s’installer, le chien n’a plus d’espace et cherche ses repères tout en faisant ses besoins un peu partout. Au même moment, je réalise que je me déplace dans un monde où certains hommes pleurent après ce qu’ils imaginent être un droit ancestral.

Je souris d’un air pincé et laisse entendre que je comprends que c’est une blague mais au fond de moi mes tripes se cisaillent et mon cœur est révulsé. Voici soudain que j’en ai assez de la vie commune, assez de faire des concessions et plus qu’assez de passer pour la méchante. J’ai envie d’être seule et libre et je vous assure que ce n’est pas le chat que j’ai envie de tuer moi !

 

 

 

Rédigé par Fragon

Publié dans #FLASH

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

henriette 08/12/2010 05:45


je pense que le réel talent dans ce texte réside dans sa libre interprétation : chaque lecteur le perçoit différement au gré de son propre vécu.. dénonciation ou amour, je crois qu'il offre
l'opportunité d'y voir ce que l'on veut bien y voir...


Fragon 08/12/2010 18:52



Merci Henriette. c'est chouette ce que tu me dis là.



henriette 12/11/2010 00:20


Ce texte me parle tellement que c'est a croire que tu traine quelque part dans mes pensées les plus profondes. J'en suis là de cette constatation : je veux retrouver mon célibat...
Quand au pire des cons : ben je crois bien l'avoir épousé..pour celui ci au moins, on sait ou le trouver..Pour les autres, je crois que le seul moyen de les détecter c'est de vivre avec .


Fragon 06/12/2010 19:45



je ne sais pas quoi te dire, c'était pour moi un texte d'amour, pas un texte de dénonciation...



Legrand 08/10/2010 09:05


Certains hommes se donnent encore le droit d'opprimer les femmes, non !!!


Fragon 06/12/2010 19:46



Salut : je t'ai écrit mais tu n'as pas répondu. j'espère que tout va bien pour toi !


 



Aralf 12/09/2010 21:39


Bah, je suis un homme, j'aime les chats et je n'aurais jamais l'idée de frapper une femme avec quoi que ce soit de plus lourd qu'une rose (sans épine qui plus est !)...
Il y a hélas des cons partout...
Cordialement
Aralf


Fragon 12/09/2010 23:20



Je n'ai rien contre les hommes et la plupart des cons manquent simplement de sensibilité. J'ai longtemps cru que la culture pouvait lutter contre la connerie mais il n'en est rien, éduquons les
petits enfants et les plus grands différemment et peut-être réussirons nous à changer quelque chose. ??



Marcus K7 11/09/2010 08:36


...Et sinon alors, ça va toi ?...


Fragon 12/09/2010 17:41



pfft....