Histoire sans fin (9)

Publié le 21 Juillet 2011

plante-verte.JPGJe crus un certain temps que tu n’étais qu’un détonateur. L’explosion avait eu lieu. Le bien et le mal avaient été faits. Autant de bien que de mal. Autant de mal que de bien. Ainsi soit-il. La vie renaissait d’entre les entailles. Ça saignait mais le sang se révélait du miel. Une quinzaine de nuits volées, des journées exsangues, l’esprit aveuglé à t’attendre, à te retrouver, à t’aimer. Le corps en activité manifestait son bon fonctionnement. Il devint plus souple, se relâcha, se plia à toutes tes exigences. Les muscles s’affinèrent, la peau se parfuma, la taille se fit légère. Je n’étais donc pas morte. Comment avais-je pu le croire. Je cessai peu à peu de manger. Je n’en avais pas le temps. Une autre faim faisait disparaître toute logique. De nouveau je maigrissais tout en reprenant des forces. Cela n’avait rien à voir avec la nourriture. Je te fis mon unique substance. Mon plaisir en était décuplé. Chaque caresse, un acide inconnu. Au petit matin, les membres fourbus, la conscience aiguisée comme une lame, je me mettais en route puis progressais jusqu’au soir dans un total détachement. Mes mouvements devenaient mécaniques. Un besoin absolu d’aller jusqu’au bout. Singulier vertige de ta vitesse. Toute cette période tu restas silencieux. Tu écoutas ce que j’avais à dire. Je me déversai. Parfois alors que je parlais encore, je réalisais que le sommeil t’avait emporté. A la fin du mois, je partis. J’avais tant de choses à faire désormais. Tu venais de m’offrir l’invulnérabilité. Je fis mes bagages, annonçai mon départ, infligeai les dernières souffrances à mon entourage. Je quittai ton pays. Je m’éloignai. On ne partage pas sa vie. On en fait cadeau puis on la reprend.

Nous nous écrivîmes. Ou plutôt je t’écrivis ma liberté recouvrée. Plus de trois cents lettres. Une par jour.

Rédigé par Fragon

Publié dans #Histoire sans fin

Repost 0
Commenter cet article

stipe 28/05/2010 17:42


trois cents lettres ? Ouvre un blog, vite !! :p


Fragon 09/06/2010 10:41



Ben non, les lettres c'est privé ! non ? arf ! arf ! arf !



dwtd 26/05/2010 00:49


et à partir du 301eme jour, donc ?
plus de liberté à écrire ? ou trop de liberté pour écrire ?


Fragon 09/06/2010 10:40



en fait, ça a continué.. faut juste me laisser un peu de temps ! :)



babel 23/05/2010 20:39


sans fin mais pas sans faim (ceci dit avec la nonchalance d'une pointe d'humour facile)


Fragon 25/05/2010 11:35



de l'humour toi ? arf !