n° 3

Publié le 21 Mai 2010

C’est le plein été. Elle traine. Un ennui vertigineux anéantit sa volonté. Elle a décidé de se glisser dans un des immeubles. Dans le hall, le sol est d’un marbre froid, noir, veiné de blanc. Elle se déchausse, marche pieds-nus, refroidit peu à peu la plante de ses pieds. Sous les marches, dans l’encoignure, légèrement masqué par l’ombre, un landau d’enfant a été garé. Elle se met à fouiller. Miracle, sous le minuscule matelas, les doigts rencontrent quelque chose. Ce sont des clés. Elle s’en saisit, les soupèse puis les enfonce profondément dans sa poche. Son cœur décélère à peine quand elle quitte la cage d’escalier.  

Rédigé par Fragon

Publié dans #FLASH

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

stipe 22/05/2010 22:09


j'aime bien aussi quand tu fais sauter les verrous...


Fragon 25/05/2010 11:35



!!!!!!!!!!!!!!!!!


:)



babel 22/05/2010 11:12


Quand vraiment plus aucune virgule n'est de trop, alors écrivant en effaçant, le texte advient. Des choix viennent ; tu me connais : ce sont les verbes d'état que sans pitié je traque,
sachant que d'autres en tirent des merveilles. Sans parler ici des adjectifs et de ma méfiance envers ces lâches à l'affut derrière un déterminé. Quoi de plus amoral en ton short-cut que l'absence
de jugement, de qualificatifs autres que matériels ?


Fragon 25/05/2010 11:35



je sais le back de ceci. je prends note.


 



dwtd 21/05/2010 22:20


Ouh, méchant...!
(j'aime bien !)
(euh, ça marche ?)


Fragon 22/05/2010 10:31



;) je t'ai répondu sur ton blog.


méchant ? peut-être, peut-être pas ! :)



babel 21/05/2010 20:21


le vent est un méchant, c'est de sa faute


Fragon 22/05/2010 10:27



ça y est j'ai compris. Bon, ça fait trois fois que je le change ! tu peux encore lire ! pas sûre que cela soit la dernière version !! j'ai du mal avec celui-là.