ritournelle

Publié le 9 Juin 2010

C'était il y a bien longtemps

Sur le pont des arts

Ils étaient deux

Deux de plus

Rien de plus

Les bancs glacés

Figés d'en avoir tant vu

Les regardaient

Se déplacer à pas comptés

 

Ça murmurait

Que ces deux-là…

Bref, que ces deux-là

N'iraient sûrement pas très loin

Sur le pont des arts

Ce soir-là

L'amour ne passait pas

Rien de plus

 

Une silhouette emmitouflée

Avait cherché à glisser

Ses pas dans ceux de l'autre

Joues raidies de froid

Haleines chaudes

Mains tremblantes

De la peur d’être refusées

Et les corps tendus

S'étaient à peine frôlés

Bras dessus bras dessous

Sur le pont des arts

L'amour oublie parfois

Ses rendez-vous

Rien de plus

Un peu plus tôt

Deux livres échangés

Un fond de café

Dans un nuage de fumée

Les avaient conduits là

Presque immobiles

Silencieux

Deux inconnus

Vacillants dans le froid

Sur le pont des arts

Ce jour-là

Or parfois

C'est juste une rencontre de trop

Rien de plus

 

Deux rames plus tard

Il l'avait déjà remerciée

Et comptait poursuivre ailleurs

Sa vie pointillée

Figée sur le quai 

Elle était restée à attendre 

Un baiser refusé, un simple signe d’amitié

Alors sage et soumise dans un dernier trait

Elle avait pirouetté 

Et s'en était allée

 

Sur le pont des arts

Depuis il a dû s'en retourner souvent

Pendu à d'autres bras,

Cloué à d'autres bouches

Rien de plus

 

Alors sur le pont des arts

Elle n'est plus jamais allée

Et d'autres désormais

Lui en parlaient.

 

 

 

 

Rédigé par Fragon

Publié dans #Poésie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

hervé pizon 12/07/2010 21:33


return elle :)


Fragon 13/07/2010 10:47



p'tête bien ! :)



checher ses mots 08/07/2010 17:05


je reviens petit à petit pas... et je trouve qu'on est drôlement bien ici !


Fragon 11/07/2010 21:20



Merci ! je suis rare aussi, ce sont les vacances ! profitons-en !


:)



stipe 14/06/2010 14:50


des fois que j'ai pu oublier quelles raisons me poussaient à venir sur ce blog...

que ne nous en offres-tu pas plus souvent, de cette poésie là ?


Fragon 27/06/2010 15:46



Cool ! j'avais même pas vu ton commentaire ! merci ! :)



babel 09/06/2010 15:54


Tout un flot d'images parisiennes me reviennent en noir et blanc, une nouvelle vague sur un dazibao argentique


Fragon 27/06/2010 15:46



merci pour les photos .