tache d'encre

Publié le 8 Avril 2011

 

 

J’aurais bien aimé écrire là-dessus. Oui, si je le pouvais, j’aurais raconté. J’aurais dit l’arrivée à 21 ans, le ventre comme une moitié d’orange, sanglé par la ceinture de sécurité d’un siège d’Air-Afrique. J’aurais dessiné avec quelques mots choisis le sourire radieux de la femme lumière. Peau de noir vêtue, elle m’avait susurré : « Vous n’allez pas nous le faire dans l’avion ? vous attendrez bien un peu ? Vous serez gentille avec nous, n’est-ce pas ?».

Dans mon ventre un bébé de sept mois qui avait pour destin de naître là-bas dans une toute petite clinique à dix lits. Dans la soute, une poussette-canne blanche, rouge et bleue. Elle deviendrait mon drapeau tricolore, ma carte d’identité, mon laissez-passer quand seule avec l’enfant-née, j’arpenterais les rues, un petit peu effrayée par ce que je découvrais, moi qui n’avais jamais quitté mon île.

Je tairai le fils né là-bas aussi et puis encore la toute dernière, petite et mal bricolée et qui serait sur cette terre plus aimée que nulle part ailleurs.

Non, je ne raconterai pas. Je laisse ça à d’autres qui ont comme moi le cœur gros et le stylo plus facile en ces temps où la haine commande toute chose.

Rédigé par Fragon

Publié dans #Idées noires

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

le babel 10/04/2011 19:39


mal bricolée ? Je me souviens de cliché miracles, de joie et d'un savoir faire unique, taillé sur mesure…
Non. pas mal bricolée.
Reconnaissable, selon moi...


Fragon 18/04/2011 21:34



tu es un voyant



Lyonnel 09/04/2011 08:02


Et pourquoi ne pas raconter, ne serait ce que pour dire à ceux qui ne voient que la barbarie que cela n'est pas vrai, que là bas aussi, la vie peut être simplement normale. Et que rien n'est aussi
simple que ce que dit le journal télévisé. Raconter, oui, c'est ce qui s'est imposé à moi ces derniers jours. Nous ne sommes rien, mais si tous nous racontons, peut-être en restera-t-il quelque
chose.
Mais en fait, vous avez raconté, et bien.


Fragon 18/04/2011 21:33



..............



le babel 08/04/2011 20:47


Ce n'est por rien que le thème du printemps des poètes, paysages intimes, rejoint ce blogue…


Fragon 18/04/2011 21:33



merci